À l’heure où la confection responsable est devenue un enjeu essentiel de l’industrie textile, de nouvelles pratiques se développent. La tendance du Cradle to Cradle ou Upcycling cherche à concevoir des produits autrement afin d’éliminer la notion de déchets. 

Il y a encore quelques années, les produits textiles usés étaient abandonnés ou jetés avec les ordures ménagères. Aujourd’hui, ils sont réutilisés dans le but de créer de nouveaux produits. Faire du neuf avec du vieux, c’est le principe de l’upcycling.

Upcycling, qu’est-ce que c’est ?

L’upcycling consiste à réutiliser un produit sans modifier les propriétés d’origine de la matière, afin de créer un nouveau produit. Malgré les idées reçues, les produits upcyclés sont d’une qualité similaire voire supérieur à celle du produit original. Ici, rien ne se perd, tout se transforme… en mieux !

Ainsi, dans l’industrie textile, cette pratique revient à allonger la durée de vie des produits via la créativité uniquement.

Upcycling, pourquoi ? 

Les préoccupations écologiques sont au cœur de la création de cette technique. 

Chaque année, des millions de tonnes de textiles sont perdues et ce, durant tout le long du cycle de vie du textile. Les chutes de tissus créées lors de la découpe sont gaspillées, les invendus ou défectueux étaient même autrefois brûlés et les produits usagés sont jetés. Ainsi, rien qu’au moment de la confection, on estime environ à 15% la part des tissus perdus.

Le gaspillage textile est également une perte de ressources naturelles et humaines. De ce fait, la pratique de l’upcycling et la valorisation des déchets permet de prolonger le cycle de vie des matières naturelles, éviter une production inutile et réduire la demande de nouvelles ressources ; d’autant plus que l’on assiste aujourd’hui à une pénurie des matières premières.

La confection d’un produit neuf puise dans les ressources naturelles de la planète. Moins énergivore, l’upcycling ne génère que très peu de dépense énergétique ou d’émission de CO2, ne requiert aucune transformation chimique ou mécanique, et ne produit aucun autre déchet : une méthode propre, responsable et éthique.

L’upcycling apparaît aussi comme un moyen de booster la créativité des marques et entreprises. Ici, le processus de création est totalement inversé. Généralement le designer imagine le produit, puis se fournit ensuite en tissus. A l’inverse, l’upcycling demande une plus grande créativité et adaptabilité puisque l’imagination ne doit fonctionner qu’avec le stock de tissus récupérés. Les pièces créées sont alors uniques et originales.

Upcycling, comment faire ?

Identifier les quantités

Dans un premier temps, il est nécessaire de décider si l’on souhaite produire une pièce unique ou de grandes quantités. Cette décision va influencer le choix des déchets textiles à utiliser. Il va falloir trouver des produits en fin de vie en quantité suffisante pour réaliser une production.

Identifier les ressources

Chutes de production, fins de rouleaux, textiles endommagés, produits usagés, les possibilités sont multiples. La taille, la forme, la qualité et l’ensemble des caractéristiques techniques du tissu sont à évaluer pour la confection d’un nouveau produit. Attention toutefois les textiles peuvent présenter certaines irrégularités : il faut rester vigilant pour que le produit final ne paraisse pas usé ou défectueux. Les finitions et détails doivent être irréprochables même pour un produit upcyclé !

Identifier les contraintes

Contrairement aux idées reçues, l’upcycling pour un fabricant textile ne signifie pas forcément produire à faible coût.Pourquoi ? La confection peut demander plus de temps de qu’une fabrication à base de matières premières vierges. En effet, elle nécessite plusieurs changements dans la chaîne de production ainsi que des étapes supplémentaires. 

La motivation principale de produire en upcycling doit rester la volonté de proposer des produits en adéquation avec des valeurs environnementales importantes.

Upcycling et Agence GSP

Nous avons déjà réalisé à plusieurs reprises des productions à partir de matières premières secondaires. Dernier projet en date, une collection de tote bags réalisés à partir de draps d’hôpitaux. Grâce à cette revalorisation, nous avons pu faire des économies sur l’achat des tissus ainsi que sur le coût de transport. Le coût des accessoires reste inchangé puisqu’il faut tout de même opter pour des fournitures neuves, tout comme pour les cartons d’emballages. Finalement, la découpe et la confection ont été plus onéreuses que sur une confection classique. 

Ainsi, les entreprises comme les consommateurs ont désormais tout intérêt à opter pour une confection circulaire afin de construire une nouvelle industrie textile respectueuse et renouvelable.

Pour découvrir d’autres solutions contre le gaspillage textile, rendez-vous sur notre article dédié.