Pour tendre vers une industrie textile responsable, il est essentiel de réduire au maximum l’empreinte écologique résultant de la surproduction et du gaspillage textile. D’après une étude réalisée en 2022, un Français consomme en moyenne 10 kilos de matière textile par an. Une fois portés ou usagés, de nombreux produits textiles sont abandonnés ou jetés avec les ordures ménagères alors qu’ils pourraient être réemployés, réutilisés ou recyclés s’ils sont abîmés. 

Recyclage, surcyclage ou sous-cyclage : nous allons vous dévoiler comment exploiter le filon des déchets pour lutter contre le gaspillage textile ! 

Gaspillage textile, une seconde vie possible ?

Connaissez-vous le C2C ou Cradle to Cradle ? Il s’agit d’une méthode pour concevoir des produits différemment et éliminer la notion de déchets. Ici, chaque matière est réutilisée dans le but de créer une économie circulaire et ainsi s’orienter vers une industrie textile dite renouvelable.

Le recyclage textile

Le recyclage textile a pour objectif de ramener des chutes de tissus, produits textiles usagés ou invendus, à leur état de matières premières. 

Les textiles sont collectés à partir de dons des particuliers ou des entreprises et partent en direction d’associations ou entreprises spécialistes du tri textile. Par la suite, ils sont lavés, broyés et éventuellement teintés ou mélangés à d’autres composants.

Il est important de préciser que les fibres synthétiques sont particulièrement complexes et coûteuses à recycler. Malgré cela, des procédés se développent et permettront prochainement de créer des textiles naturels 100% recyclés. Ainsi, il faudra attendre encore quelques années pour arriver à une neutralité environnementale. En attendant, il existe d’autres alternatives pour lutter contre le gaspillage textile.

Le surcyclage textile

Au-delà du principe traditionnel du recyclage, il est possible d’offrir un second souffle aux textiles usagés grâce à l’up-cycling. Principe fondamental de l’économie circulaire, cette pratique consiste à réutiliser la matière afin de créer un nouveau produit sans la transformer via le biais d’un processus mécanique. 

Ce qu’on appelle aussi le surcyclage utilise donc des matières textiles existantes encore exploitables. Le produit d’origine est déconstruit, reconstruit et détourné de son usage pour reprendre vie sous un autre aspect et/ou une autre utilisation. Cette approche à la fois éthique et artistique permet de créer des produits uniques et atypiques. Ici, aucune ressource n’est amoindrie et aucune ressource ni déchets supplémentaires sont développés.

Le sous-cyclage textile

Certaines fibres sont plus difficiles que d’autres à recycler. Parfois, leur recyclage entraine une perte de qualité. C’est dans ces conditions que l’On peut opter pour le sous-cyclage.

A titre d’exemples, ce qui était à l’origine une simple robe peu devenir un isolant utilisé dans le bâtiment. Les semelles de chaussures en caoutchouc peuvent aussi être réutilisés pour la réparation de terrains de sport.

Agence GSP lutte contre le gaspillage textile

Chez Agence GSP, nous mettons tout en œuvre pour optimiser l’utilisation de matière et ainsi réduire les chutes. Malgré cela, elles restent inévitables. Néanmoins, nous avons trouvé une solution pour pallier à cette perte. Les chutes des découpes utilisées pour la production de nos tote bags sont réutilisées. En effet, c’est dernières servent à fabriquer des pochons ! 

Nous pratiquons également l’up-cycling avec les produits comportant des défauts. Nous récupérons les parties viables pour fabriquer de nouveaux produits. De plus, nous faisons don de nos produits défectueux à nos équipes ou à des associations telle que la Protection Civile. 

Cependant, nous devons aussi changer nos habitudes de consommations. Il est préférable d’opter pour des produits textiles de durables et réutilisables. Autant de solutions que nous sommes heureux de pouvoir vous proposer chez Agence GSP !